Heureux au travail

Bonheur au travail : 10 conseils pour être plus heureux (se) au travail

Malheureux (se), frustré (e), insatisfait (e) ou déçu (e) par votre travail actuel.

Ce dernier n’a plus de sens pour vous ! Vous vous ennuyez, vous frôlez le mal-être et la souffrance au travail.

 

Vous n’avez pas suffisamment de niveaux de liberté pour voir cette vidéo. Soutenez les logiciels libres et mettez-vous à jour.

 

 

Vous voulez tout simplement, retrouver l’épanouissement au travail, le plaisir d’aller travailler, retrouver votre place dans ce monde du travail. Mais vous ne savez pas quoi faire, comment le faire ni par où commencer…

Vous avez comme une envie de tout quitter et de partir vers de nouveaux horizons. Et en même temps, vous n’êtes pas forcément prêt (e) à tout envoyer balader.

Voici donc quelques idées d’actions à mettre en place : vous verrez si cela vous aide à retrouver le bonheur et l’épanouissement au travail, ou bien s’il est temps de décider de changer quelque chose « voir à la fin de cet article, la formation gratuite »

 

Ceux qu’ont lu cet article ont aussi lu : L’histoire de Claire. Comment réussir sa reconversion

 

Alors, c’est parti !

1 – Soigner ses relations avec les collègues

Une bonne ambiance est primordiale au travail. N’oublions pas que nous y passons une grande partie de notre temps. Il est donc important d’instaurer un climat agréable et serein, en nouant des relations cordiales avec ses collègues, et pourquoi pas, sa hiérarchie ! Oh, rassurez-vous, il ne s’agit pas de faire ami-ami avec la totalité du personnel.

Dans votre entreprise, il y a sûrement au moins une ou deux personnes avec lesquelles vous avez plus d’affinités. Partagez des moments de convivialité en leur compagnie : la pause-café quotidienne ou un déjeuner de temps en temps.

Avec les autres, vous pouvez vous contenter d’une aimable courtoisie et d’un mot gentil par-ci par-là ; inutile d’en faire trop. L’essentiel est de rester authentique et tout le monde vous en saura gré. L’estime des autres est un sentiment extrêmement valorisant et motivant. Pourquoi s’en priver ?

Alors n’hésitez pas : soyez souriant, cultivez la bonne humeur, apportez les croissants de temps en temps (non, plutôt des pains au chocolat ! Tout le monde ou « presque tout le monde » aime le chocolat !). Ces simples gestes suffisent à entretenir une atmosphère détendue et bénéfique pour tous.

2 – Ne pas hésiter à rendre service

Si un collègue se heurte à un problème et que vous êtes en mesure de le dépanner, faites-le de bon cœur. C’est toujours gratifiant, non seulement d’aider, mais aussi de partager son savoir. Et votre âme de scout va vous faire gagner sur tous les tableaux : votre collègue vous sera infiniment reconnaissant, votre n+1 vous félicitera (peut-être) pour votre bonne volonté, votre efficacité et vos compétences, la productivité du service s’en trouvera « boostée ».

Vous allez gagner en popularité. Pour un peu, vous allez devenir le super héros de la société, le MacGyver de la machine-outil ou la Cat Woman de la suite Office ; on se bousculera pour vous faire signer des autographes à la sortie du bureau ! Je plaisante, bien sûr, mais ce genre de service fonctionne dans les deux sens.

Si vous êtes bienveillants envers vos collègues, ils seront prêts à vous renvoyer l’ascenseur le jour où, à votre tour, vous aurez besoin de leurs lumières. D’accord, maintenant que vous êtes un super héros, c’est fort improbable. Mais personne n’est parfait, même les super héros !

3 – Etre honnête avec soi-même et sa hiérarchie

Il arrive parfois que vous ne soyez pas en mesure d’accomplir parfaitement, une tâche qu’on vous a confiée parce que, tout simplement, vous ne savez pas la faire, ou parce qu’elle ne relève pas vraiment de vos compétences, ou encore parce qu’elle fait appel à des outils dont vous ne soupçonniez même pas l’existence.

Dans ce cas, inutile de vous faire un sang d’encre. Ne tournez pas autour du pot et dites-le franchement à votre chef de service. Soit il vous expliquera comment faire, soit il vous le fera faire en binôme avec un collègue qui a les connaissances nécessaires, soit il vous fera suivre une formation adaptée.

S’il confie carrément la tâche à quelqu’un d’autre, surtout, ne vous prenez pas la tête en vous disant qu’il ne vous apprécie pas ou qu’il va le noter dans votre dossier pour votre prochaine évaluation. Un manager a souvent plusieurs chats à fouetter (pauvres bêtes !) et n’est pas toujours au courant des compétences précises de ses collaborateurs. Alors, ne vous perdez pas en suppositions aussi vaines qu’inutiles.

4 – Hiérarchisez les tâches

En cas de surcroît de travail, ne cherchez pas à tout faire en même temps. Vous allez stresser, faire des heures supplémentaires qui vont vous fatiguer, la fatigue va vous rendre improductif, vous allez stresser encore davantage. Bref, le cercle vicieux classique dont il est difficile de sortir.

 

Alors, avant d’y entrer, commencez par rester zen (non, la position du lotus n’est pas indispensable à ce stade !). Prenez une grande inspiration, éventuellement un café, et examinez la situation. Listez vos tâches et classez-les par ordre de priorité ; au besoin, faites appel à votre hiérarchie pour ne pas commettre d’impair.

Attelez-vous à chaque tâche, l’une après l’autre, calmement, sans vous éparpiller. En procédant ainsi, vous vous sentirez rassuré, tout se fera de manière beaucoup plus fluide.

Et c’est là aussi l’occasion pour vos collègues de vous donner un coup de main ; je vous disais bien que même les super héros pouvaient avoir leurs petites faiblesses !

5 – S’organiser pour être heureux

Il est rare qu’un travail nous plaise à 100%. Même si on aime notre job, il comporte toujours des opérations plus ou moins fastidieuses, répétitives ou inintéressantes : saisie de données, rédaction de rapports, statistiques, etc. On a souvent tendance à les reporter pour se consacrer à ce qui nous plaît vraiment. Mais la procrastination ne résout rien : les tâches désagréables finissent toujours par remonter sur le dessus de la pile.

Dans la mesure du possible, essayez de vous en débarrasser au plus vite. Ce sera d’autant plus rapide que ce genre de travail présente généralement peu de difficultés. Une fois soulagé de ce poids, vous aurez le champ libre et serez plus productif pour vous occuper de ce qui vous intéresse.

6 – Etre objectif et accepter que tout n’est pas parfait

Comme dit précédemment, il y a toujours une part de notre job qu’on ne trouve pas très enthousiasmante. Ou peut-être est-ce votre salaire qui n’est pas aussi élevé que vous pourriez l’espérer, ou encore les conditions de travail qui ne sont pas idéales. A vous de faire le bilan global. Si, dans l’ensemble, vous vous estimez satisfait, tant mieux. Si ce n’est pas la joie, contrebalancez en pensant à ce que vous allez faire en dehors du travail, ce soir, le week-end prochain ou pendant les vacances. Cela vous donnera du cœur à l’ouvrage et vous aidera à accepter le côté négatif de votre travail.

Et si cela ne suffit toujours pas, cela signifie sans doute que vous devriez envisager de changer d’emploi. Décision radicale et difficile à prendre, mais qui vaut parfois mieux qu’un mal-être permanent au travail.

7 – Chercher à se perfectionner

Toujours essayer de progresser, d’apprendre quelque chose de nouveau, voilà un programme qui procure énormément de satisfaction. Que ce soit par soi-même ou par le biais de formations, le fait d’accroître nos connaissances augmente nos compétences et notre autonomie. Cela nous donne aussi plus d’assurance, tout en nous enseignant l’humilité : plus on apprend, plus on découvre l’étendue de notre ignorance. Notre curiosité ne pourra jamais être rassasiée ; le champ d’exploration est vaste.

Qu’il s’agisse d’utiliser un nouveau logiciel, de maîtriser les dernières techniques de management ou de découvrir les matériaux tendance, il y a tant à découvrir pour se faciliter la tâche, se perfectionner, améliorer son quotidien au travail.

8 – Eviter de se mêler des commérages

La médisance est partout, au travail comme à la ville. Dans les entreprises, soit vous trouvez un ou deux spécimens qui portent à ravir le nom de « langues de vipères », soit vous avez deux clans (voire plus) qui s’opposent l’un à l’autre. Fort heureusement, le sang ne coule pas ; ce n’est pas la guerre au sens premier du terme. Cependant les batailles qui se livrent ont pour munitions mots méchants et critiques acerbes.

Dans ce cas, agitez le drapeau blanc. Restez neutre, ce n’est pas la peine d’envenimer les choses. N’essayez pas de calmer le jeu ; bien souvent, ces « énergumènes » ne sont pas capables d’entendre raison. Alors, évitez de prendre parti. Sauf si c’est vous leur cible. Il y a des limites à tout, même à la clémence !

9 – Préserver sa vie personnelle

Même si votre travail vous passionne, si vous vous y sentez épanoui, il est important de préserver votre vie de famille et votre vie sociale. Dans le feu de l’action, vous pouvez vous laisser emporter : réunions et rendez-vous défilent, vous ne voyez pas le temps passer. Vous rentrez tard le soir et vous ne profitez que très peu de vos proches. Ne laissez pas votre travail prendre le dessus sur votre vie familiale.

Sans vous obliger à respecter des horaires stricts chaque jour, essayez de trouver un compromis, en sortant plus tôt du travail une ou deux fois par semaine. Vous pourrez ainsi aller chercher vos enfants à l’école, ou emmener votre conjoint au restaurant, ou simplement passer une soirée cocooning à la maison. Une vie personnelle épanouie contribuera à une vie professionnelle réussie et inversement.

10 – Ne pas étaler ses problèmes personnels

Nous avons tous nos soucis. Inutile d’ajouter les nôtres à ceux de nos collègues. Bien sûr, comme je le disais plus haut, il est important de nouer des liens amicaux au sein de l’entreprise ; cela implique que chacun livre un peu de soi pour apprendre à se connaître mutuellement. Pour autant, il n’est pas question d’égrener la litanie de tous vos soucis domestiques, familiaux, amoureux, voire sexuels, sur le lieu de travail. Certes, si vous avez des problèmes de santé, il peut être utile que votre entourage le sache pour pouvoir réagir correctement au cas où vous feriez un malaise. Sinon, évitez de lui rebattre les oreilles avec des histoires déprimantes : le petit dernier qui n’a pas arrêté de pleurer toute la nuit, le plus grand qui ne veut rien faire à l’école, le mari qui veut s’offrir une moto au lieu de refaire la cuisine. Ajoutez à cela un temps horriblement gris et pluvieux, et tous vos collègues auront envie de fuir.

Songez qu’eux aussi ont leur lot de difficultés personnelles, différentes des vôtres, sans doute, mais peut-être tout aussi lourdes à porter. Par pudeur, certains arrivent à cacher bien des tristesses derrière un sourire. Alors, soyons indulgents les uns envers les autres.

Est-il temps de prendre le large !

Il y a mille et une façons de réinventer sa vie professionnelle et de retrouver plaisir et motivation.  Cela peut être garder son job et remodeler ses tâches, améliorer ses relations, changer sa perception … Ou bien changer d’équipe, d’entreprise, de métier, créer sa boite,

J’ai créé une formation gratuite, pour vous accompagner sur ce chemin, où que vous en soyez dans votre réflexion. C’est une formation qui vous aide à :

  • Mieux vous connaitre et à comprendre ce qui compte vraiment pour vous, ce qui vous rend serein (e) et heureux (e) au travail,
  • Faire les ajustements nécessaires pour être dans un job qui vous convient parfaitement !

Bref, je vous aide à être l’auteur de votre vie professionnelle et non plus le spectateur !

 

Cliquez sur le lien ci-dessous, pour recevoir votre formation gratuite

Informez-vous ! Articles du blog

 

CONTACTEZ-MOI

Pour me contacter :

benfareqhse@gmail.com

0661446069